Orientations budgétaires

Orientations du budget 2020

Le budget primitif 2020 est un budget charnière puisqu’à la croisée de deux mandats.

Voté par le Conseil municipal actuel, il sera mis en œuvre par le Conseil municipal, reconstitué suite aux élections municipales de mars 2020. Dans l’attente des nouvelles élections, ses objectifs sont factuels : maintenir et améliorer le niveau de service public attendu par les Ruthénois, finaliser la politique d’investissement déjà bien engagée à ce stade du mandat.

Le contexte local
D’importants projets en investissement ont été engagés par la Municipalité actuelle : rénovation des Places de la Cité, Foch et Tristan Richard, des rues de Montcalm, du 11 Novembre, de la Chapelle, du Professeur Calmettes, aménagement d’un jardin public sur l’îlot Béteille, réhabilitation des quartiers Saint Eloi et du Faubourg, requalification du Stade Paul Lignon, et aménagement de la rive droite de l’Avenue Victor-Hugo… Afin d’achever les travaux, ces opérations feront l’objet d’une inscription budgétaire au budget primitif 2020. La stratégie de désendettement, menée depuis les deux derniers mandats, a permis de dégager une épargne suffisante en vue d’autofinancer la majorité des infrastructures et équipements structurants. En matière de fonctionnement, favoriser la transversalité des services pour maîtriser au mieux les coûts d’exploitation de la Ville, consolider les nouveaux services dédiés aux usagers (guichet unique, visite des personnes isolées…) mais également maintenir la qualité du service public offert aux administrés, restent le mot d’ordre en cette fin de mandat.

Pour 2020 la stratégie financière de la Ville de Rodez se décline en deux axes forts.
Au terme de ce mandat, la Municipalité actuelle achève son projet 2014 - 2020. Les élections prévues en mars prochain pourraient engendrer des changements de trajectoires budgétaires. Pour l’heure, il est prévu, en 2020, de consolider les services offerts aux usagers et de poursuivre les grands travaux de rénovation déjà engagés par la Ville.

La fiscalité
Les taux des impôts locaux resteront stables en 2020. Depuis 2007, des mesures fiscales successives, favorables aux Ruthénois, ont été actées par la Municipalité. Le taux de la taxe d’habitation a été baissé de 10 %, celui du foncier bâti de 5 % et du foncier non bâti de 7 %.

Les recettes issues de la fiscalité locale directe devraient évoluer en 2020 du fait de la bonne dynamique fiscale liée à l’élargissement des bases. En outre, la revalorisation forfaitaire annuelle de la valeur locative foncière votée par la loi de finances engendre mécaniquement une hausse des impôts locaux, et ce malgré, une politique fiscale menée en faveur des Ruthénois. Pour mémoire, la municipalité a souhaité, en 2018, favoriser la politique de l’habitat en diminuant de 5% le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties, et redonner du pouvoir d’achat aux Ruthénois. La réforme de la taxe d’habitation se traduit concrètement par la mise en place d’un système de dégrèvement compensé par l’État.

La dotation globale de fonctionnement de l’État a diminué de 48 % depuis 2008 (DGF). Elle constitue de loin la principale dotation de fonctionnement de l’État aux collectivités territoriales. Elle a cependant fortement diminué suite à la volonté des gouvernements de redresser les finances publiques.

La dotation de solidarité urbaine vient en complément de la dotation globale, mais ne compense en aucun cas la baisse de la DGF.

-

 
Graphique dotation Etat
 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT

Pour augmenter l’investissement au service des Ruthénois, nous poursuivons une politique de baisse des dépenses de fonctionnement, et ce, malgré la diminution constante des dotations de l’État.
Pour 2020, il est attendu une baisse des dépenses d'exploitation d'environ 1 %.
Les services gardent la même ligne de conduite : prioriser les dépenses nécessaires à leur fonctionnement tout en assurant la continuité et la qualité du service public.

Depuis 2008, la dette a baissé de 65 %.
L'encours au 1er janvier 2020 s'élève à 7,8 M€.
L’épargne de gestion reconstituée permettra d'autofinancer les dépenses en investissement.

 
Graphique dette
undefined
 
Haut de page